Journal De Bruxelles - Indian Wells: fiesta espagnole avec Nadal, Alcaraz et Badosa en vedette

Euronext
AEX -0.11% 910.52
BEL20 0.15% 3996.7
PX1 -0.61% 8092.11
ISEQ 0.71% 10053.16
OSEBX -0.44% 1418.31 kr
PSI20 0.65% 6950.11
ENTEC -0.41% 1416.23
BIOTK 2.46% 2059.11
N150 -0.61% 3504.27
Indian Wells: fiesta espagnole avec Nadal, Alcaraz et Badosa en vedette
Indian Wells: fiesta espagnole avec Nadal, Alcaraz et Badosa en vedette

Indian Wells: fiesta espagnole avec Nadal, Alcaraz et Badosa en vedette

Indian Wells a vibré au son des "Vamos!" jeudi: Rafael Nadal, fort d'une 19e victoire d'affilée en 2022 arrachée contre le volcanique Nick Kyrgios, a avancé en demi-finales où il affrontera le phénomène Carlos Alcaraz, Paula Badosa, tenante du titre, s'étant aussi qualifiée.

Taille du texte:

"Rafa" a eu toutes les peines du monde pour venir à bout 7-6 (7/0), 5-7, 6-4 de Kyrgios, qui bénéficiait d'une "wild-card" et dont la 132e place au classement mondial ne reflète pas son niveau de jeu retrouvé, après plus de deux ans de galères, entre dépression nerveuse, impossibilité de jouer en raison du Covid-19 en 2020 et une saison 2021 à végéter dans les abysses.

"Nick est l'un des joueurs les plus talentueux du circuit, cela ne fait aucun doute. Quand il joue avec motivation et passion, il peut battre n'importe qui. Il a fait un grand tournoi. Je lui souhaite le meilleur", lui a rendu hommage le Majorquin, devenu fin janvier le recordman du nombre de Grands Chelems remportés (21) à l'Open d'Australie.

Le niveau de jeu a été loin d'être stratosphérique, Nadal luttant le plus souvent contre lui-même, pénalisé par un grand nombre d'erreurs directes, dont sept doubles fautes, certes poussé dans ses retranchements par son adversaire, qui lui a souvent tenu la dragée haute dans les échanges.

- Raquette fracassée -

Mais de spectacle il y eu sur le court. Car Kyrgios a été fidèle à sa réputation: aussi fantasque que colérique.

Il a souvent éructé des noms d'oiseaux, dont un "ferme ta put... de gueule" à un spectateur trop bavard, qui lui a valu un point de pénalité sur la première des sept balles de premier set de Nadal. Ce dernier n'a donc pas eu à la jouer pour le remporter. De toute façon, le N.4 mondial venait de réussir un tie-break parfait, après avoir débreaké à 5-4 contre lui, rappelant que même dans un jour sans, il ne lâche jamais rien.

Kyrgios, qui a pu souvent s'appuyer sur sa bonne première balle et réussi de belles amorties, a montré son meilleur visage dans le deuxième set.

Il a exulté en le remportant, mais a fini par déchanter dans le 3e set, Nadal parvenant enfin à élever son niveau de jeu. Et Kyrgios de sortir de son match, se plaignant encore de cris pendant les échanges, en visant notamment la rangée où se trouvait l'acteur et réalisateur Ben Stiller. Après avoir été breaké à 4-3, il a levé le pouce en direction des spectateurs puis tancé l'arbitre: "c'est ton put... de job de contrôler le public!".

Il n'en fallait pas plus pour que Nadal n'en termine au bout de 2h48, Kyrgios fracassant au sol sa deuxième raquette du match, qui a rebondi très loin mais tout près d'un ramasseur de balle, obligé de se baisser pour l'éviter.

- Alcaraz derrière Agassi -

L'Espagne du tennis, décidément très gâtée, en rêvait, elle aura droit à son choc générationnel entre son idole âgée de 35 ans, et son successeur désigné, Alcaraz, de 17 ans son cadet.

Encore très impressionnant, le 19e mondial a été trop fort (6-4, 6-3) contre le Britannique Cameron Norrie (12e), tenant du titre, qui n'a rien pu face à la vitesse et les coups de boutoirs de son jeune adversaire.

Du haut de ses 18 ans, Alcaraz est devenu le deuxième plus jeune joueur à atteindre le dernier carré de ce Masters 1000 derrière Andre Agassi, qui en avait 17 en 1988.

"C'est incroyable d'entrer comme ça dans l'histoire de ce tournoi", s'est émerveillé le joueur révélé l'an passé à l'US Open où il a atteint les quarts.

Plus tôt, Paula Badosa (7e mondiale) n'a eu aucun mal à se défaire 6-3, 6-2 de la Russe Veronika Kudermetova (24e), qui s'était pourtant imposée lors de leurs trois premières confrontations.

"Contre elle, je faisais les mêmes erreurs, cette fois je voulais que cela cesse. J'ai très bien servi et j'ai été plus agressive", a commenté à chaud l'Espagnole de 24 ans, en quête d'un deuxième titre cette saison après sa victoire au tournoi de Sydney en janvier.

Elle défiera Maria Sakkari (6e), qui n'avait jamais passé le cap des 8es de finale dans le désert californien, et a écarté 7-5, 6-4 la Kazakhe Elena Rybakina (20e).

L'autre demi-finale opposera la Polonaise Iga Swiatek (4e) à la Roumaine Simona Halep (26e).

X.Maes--JdB